Foire Aux Questions / Ne risque-t-on pas une inflation des prix à la consommation ?

Aucune inflation n’est à craindre puisque le taux de CSG sur la production serait fixé de telle sorte que la somme des prélèvements corresponde à ce qu’elle est aujourd’hui.

Avec la CSG sur la production, les produits et les services qui emploient beaucoup de salariés seraient nettement avantagés et donc moins chers, à l’inverse des productions réalisées avec peu ou pas de travailleurs en France.

Mais finalement, toutes productions confondues, les consommateurs et les usagers français ne subiraient pas d’augmentation du coût de la vie, étant donné que la somme des prélèvements obligatoires sur la richesse nationale pour financer nos dépenses de protection sociale serait la même. En fait, la CSG sur la production réévalue la valeur sociale des productions sans inflation des prix.

Une baisse des prix est même envisageable si, comme nous le proposons, la France s’astreignait à limiter ses dépenses publiques de protection sociale à 30% de son produit intérieur brut (PIB), au lieu de 33,6 % actuellement. Il est à noter que la moyenne des 28 pays de l’Union européenne se situe à 29% des PIB nationaux, comme c’est le cas en Allemagne (29,4%), en Autriche (29,5%), en Suède (29,6%), … des pays pourtant socialement avancés (source Eurostat 2011).

En savoir plus : Télécharger l’ebook gratuit « Plan d’urgence pour l’Abolition du Chômage ».

Publié dans :Mesure n°1 : Financer autrement notre système de protection sociale